-=-

-=-

Facebook

Si vous souhaitez suivre mes partages sur Facebook : Caroline MJ Vivier

jeudi 1 octobre 2009

Une victime de plus

Une joggeuse pratique son sport dans la forêt de Fontainebleau, est enlevée, arrive malgré tout à téléphoner depuis le coffre où son assassin l'enferme (il me semblait que l'on pouvait localiser un portable ....). Visiblement cela ne doit pas se faire rapidement. Une technique de plus à mettre au point, localiser un appel après qu'il soit passé.
Ensuite c'est un homme dangereux, déjà condamné, qui vivait non loin de sa dernière victime, c'est une aberration. Quelle angoisse permanente !
Relâché pour bonne conduite, encore une erreur qui a coûté la vie de cette pauvre malheureuse et peut-être d'autres inconnues à ce jour.
En résumé, un homme qui assassine sous l'effet de ses pulsions, qui dit ne pas savoir ce qu'il fait, qu'on laisse habiter à côté de son ancienne victime pour laquelle il a été condamné, qui est relâché avant que sa peine soit terminée et qui récidive. Cela fait beaucoup. Ce n'est pas le seul dans le genre.
A quand la sécurité ?
Dans ce domaine ce ne sont pas les psychiatres qui doivent décider mais la justice qui devrait être plus ferme car on se conduit bien hors des tentations, c'est une évidence qu'on néglige trop.
Les hommes dangereux doivent être mis hors de la société et faire des travaux d'intérêt général bien encadrés. Ils seraient utiles à la société dans ces conditions et il y aurait moins de suicides.
Quand on est capable d'enlever une petite fille et de la violer c'est qu'on est sérieusement atteint, il y a donc négligence de la part des médecins et de la justice.
La faute incombe aux gens responsables de la bonne marche de notre société.
Et si cette femme n'avait pas eu de portable ?

1 commentaire:

Dubois Idnaze a dit…

A mon avis, les perversions sexuelles naissent avant l'adolescence .Les garçon soumis a l'autorité du système sont souvent incapables d'assurer harmonieusement leurs virilité naissante face aux filles .A l'adolescence ,la poussée hormonale peut inciter ceux ci aux conduites perverses condamnables, qui très vit deviennent "chroniques ".Si une thérapie n'est pas très vit instaurée ,seule une castration physique , devrait mettre définitivement fin aux pulsions sexuelles coupables aux yeux de la loi instaurée par le système .Dans nombre de pays, la castration n' a pas ce caractère honteux qui sévit chez nous ? Dans les pays ou l'esclavage est une institution reconnue par tout le monde ,les esclaves domestiques sont le plus souvent castrés d'office en signe de respect et de soumission a l'autorité des maîtres et maîtresses .Chez les romains une fête était même organisée au cours de laquelle les nouveaux esclaves domestiques étaient castrés . Aujourd'hui,les pires crimes sexuels semblent être acceptés par le système au détriment des victimes qui de plus ne peuvent pas se défendre sans tomber sous le coup des lois .

Infos-plan